GPS du cerveau : Marmoset Gaze révèle de nouvelles perspectives dans la navigation spatiale

résumé: Les chercheurs ont découvert que le singe commun, un primate diurne, navigue dans son environnement différemment des souris précédemment étudiées, reflétant ses adaptations environnementales uniques.

Les singes escargots utilisent des repères visuels, s’appuient sur des changements rapides du regard de la tête lorsqu’ils sont immobiles et réduisent les mouvements de la tête lorsqu’ils sautent. En revanche, les souris utilisent des mouvements de tête à basse vitesse et une exploration tactile des moustaches.

Au niveau cellulaire, les régions hippocampiques de l’orang-outan montrent une sélectivité pour la vue 3D et l’orientation de la tête, suggérant que le regard, plutôt que le lieu, est la clé de la navigation spatiale.

Faits marquants:

  1. Les souris et les rats utilisent différentes stratégies pour explorer leur environnement, ce qui reflète leurs niches écologiques distinctes. Les ouistitis dépendent fortement des repères visuels et minimisent les mouvements de la tête pendant la navigation.
  2. Dans les régions de l’hippocampe des singes, les chercheurs ont observé une sélectivité pour la visualisation 3D et l’orientation de la tête, suggérant une mobilité spatiale « basée sur le regard », contrairement à la navigation « basée sur le lieu » observée chez les rats.
  3. Contrairement aux rats, les marmousets manquent de vibrations thêta rythmiques pendant la locomotion. Au lieu de cela, ils montrent la réinitialisation des oscillations thêta déclenchées par les changements de regard de la tête, qui coïncident avec l’activation des interneurones.

source: Actualités des neurosciences

Dans une nouvelle étude, les scientifiques ont découvert que le singe commun (orang-outan), un primate connu pour sa vision diurne unique, navigue dans son monde d’une manière totalement différente de celle des rats précédemment étudiés.

READ  Wordle : Qu'est-ce que c'est et pourquoi tout le monde en parle ?

La recherche met en évidence le rôle de l’hippocampe – souvent comme le GPS du cerveau – dans la navigation spatiale.

Contrairement aux rats, les singes marins utilisent une stratégie d’exploration visuelle à l’arrêt et se déplacent vers des cibles en réduisant les mouvements de la tête. Ils s’appuient sur des tours de tête rapides pour explorer leur environnement, ce qui est un contraste intéressant avec les mouvements de tête à basse vitesse des souris et les explorations tactiles des moustaches.

Contrairement aux rats, les singes marins utilisent une stratégie d’exploration visuelle à l’arrêt et se déplacent vers des cibles en réduisant les mouvements de la tête. Crédit : Neuroscience News

« On voit que les stratégies d’exploration et de navigation reflètent l’adaptation de chaque espèce à sa niche écologique », expliquent les chercheurs. « Pour les singes, le recours aux repères visuels est cohérent avec leur comportement normal pendant la journée. »

Au niveau cellulaire, les différences deviennent plus apparentes. Les régions hippocampiques CA3/CA1 des ouistitis montrent une sélectivité pour la vue 3D, l’orientation de la tête et l’emplacement dans une moindre mesure.

Cela semble être lié à des combinaisons de ces variantes, ce qui suggère que les singes utilisent principalement le regard pour la navigation spatiale.

Contrairement aux rats, les singes n’ont pas les vibrations thêta rythmiques des potentiels de champ locaux pendant la locomotion. Au lieu de cela, ils affichent une réinitialisation des oscillations thêta causées par les changements de regard de la tête.

Cette réinitialisation coïncide avec l’activation des interneurones, suivie de diverses altérations de l’activité des cellules pyramidales.

Cette différence dans la locomotion du jeune singe par rapport au modèle de rat reflète les capacités de détection distales des adaptations de l’orang-outan à la vision diurne. Les résultats ont conduit les chercheurs à considérer l’hippocampe ouistiti comme un système GPS, le « G » signifiant regard fixe.

READ  Le panneau Internet Android 12 Beta 2.1 supprime les déconnexions Wi-Fi

Non seulement cette étude fascinante ouvre la porte à une compréhension plus approfondie de la navigation spatiale entre les espèces, mais elle pourrait également conduire à des avancées dans l’étude du fonctionnement et de la locomotion du cerveau humain.

À propos de cette recherche dans Neuroscience News

auteur: Nouvelles des neurosciences Communications
source: Actualités des neurosciences
communication: Actualités des neurosciences Communications – Actualités des neurosciences
image: Image créditée à Neuroscience News

Recherche originale : Accès fermé.
« L’hippocampe du singe orang-outan commun est GPS, mais G est pour le regardÉcrit par Diego B. Pise et al. puresafe


un résumé

L’hippocampe du singe orang-outan commun est GPS, mais G est pour le regard

L’hippocampe des mammifères a été comparé à un système de positionnement global (GPS) qui permet la navigation spatiale. Cette idée a été principalement tirée d’études sur des mammifères nocturnes, comme les souris ; qui manquent de nombreuses adaptations à la vision diurne par rapport aux primates diurnes.

Ici, nous montrons que tout en se nourrissant dans un labyrinthe 3D, le singe commun, un organisme diurne néotropical avec une vision stéréoscopique pure des couleurs, utilise principalement des changements rapides de regard de la tête tout en étant immobile pour explorer visuellement son environnement, puis se dirige vers des cibles qui minimisent les mouvements de la tête. . D’autre part, les souris bougent la tête à basse vitesse tout en sautant pour explorer l’environnement à l’aide de leurs moustaches.

Ces différences dans les stratégies d’exploration et de navigation reflètent les adaptations sensorielles des deux espèces à leur environnement écologique. Les neurones pyramidaux putatifs de l’hippocampe CA3/CA1 du singe montrent une sélectivité pour la vue 3D et l’orientation de la tête et moins pour la spatialité, mais principalement pour les combinaisons de ces variables.

READ  Les pénuries mondiales de PS5, Xbox et GPU sont en partie attribuées à des pièces à 1 $

Les neurones inhibiteurs internes sont réglés sur la vitesse angulaire de la tête et la vitesse de translation 3D, la plupart des cellules présentant une sélectivité mixte pour les deux variables.

Les escargots n’ont pas les oscillations thêta rythmiques des potentiels de champ locaux observés pendant la locomotion chez la souris. Au lieu de cela, ils ont montré une réinitialisation des oscillations thêta déclenchées par des changements de regard qui se sont produits simultanément avec l’activation des interneurones, suivis de diverses altérations de l’activité des cellules pyramidales.

Nos résultats montrent que les stratégies d’exploration/navigation visuelle du marmouset et les spécialisations hippocampiques qui les sous-tendent diffèrent de celles observées chez la souris, reflétant les capacités de détection distales des adaptations des ouistitis à la vision diurne. Ainsi, l’hippocampe du singe peut être considéré comme un GPS, mais G est pour regarder fixement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here