La France réduira les dépenses publiques de 4,2 milliards d’euros l’an prochain

©Reuters. PHOTO DE DOSSIER: Une vue montre des personnes marchant sur les Grands Boulevards à Paris suite à l’épidémie de la maladie à coronavirus (COVID-19) en France, le 2 juin 2020. REUTERS / Charles Platiau

PARIS (Reuters) – Le gouvernement français prévoit de dépenser 4,2 milliards d’euros de moins en 2024 en réduisant massivement les subventions à la consommation pour le carburant et l’électricité, selon les premières estimations budgétaires envoyées aux législateurs.

« Pour la première fois depuis près d’une décennie, les dépenses vont baisser par rapport à l’année précédente : 4,2 milliards d’euros de moins », a déclaré dimanche le ministre du Budget Gabriel Attal au journal Les Echos.

Cela se traduirait par une baisse de 3,5% d’une année sur l’autre après ajustement pour l’inflation, a-t-il déclaré.

Dans sa tentative de protéger les consommateurs de la flambée des factures d’énergie qui s’est produite pour la première fois au milieu de la campagne de réélection du président Emmanuel Macron en 2022, le gouvernement avait mis en place des programmes massifs pour subventionner les prix des pompes et de l’électricité.

Alors que les prix de l’énergie ont recommencé à baisser, ces mesures seront progressivement supprimées au cours des prochains mois, entraînant une réduction des dépenses de près de 14 milliards d’euros l’an prochain, selon Attal.

« Nous mettons fin aux dépenses de crise exceptionnelles et à l’épargne pour financer la transition verte », a déclaré Attal.

Le gouvernement Macron a subi des pressions pour équilibrer ses finances après que Fitch a abaissé sa cote de crédit à AA- en avril, dans un contexte d’inquiétudes concernant une éventuelle paralysie politique et des troubles sociaux suite à l’adoption d’une récente réforme impopulaire des retraites.

READ  Le festival de cirque le plus célèbre au monde respecte les règles du COVID-19

L’agence rivale S&P a épargné à la France l’embarras de déclasser la dette souveraine du pays en juin, mais est restée prudente quant aux perspectives dans un contexte de finances publiques tendues.

Les dépenses excessives sont devenues un problème encore plus pressant, car les coûts des prêts souverains ont fortement augmenté alors que bon nombre des principales banques centrales du monde se sont lancées dans une série de hausses de taux d’intérêt dans leur lutte contre l’inflation.

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a demandé à chaque ministère d’identifier des coupes égales à 5% de son budget.

Une source du ministère des Finances a déclaré dimanche que l’allégement de la dette de la France serait obtenu par divers moyens, notamment des économies dans les politiques de l’emploi et du logement.

(1 $ = 0,8909 euros)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here