La myéline faiblement encapsulée indique les premiers stades de la sclérose en plaques, même avant l’inflammation

résumé: Les anomalies structurelles de la substance blanche, avant même le début de l’inflammation, pourraient constituer une nouvelle cible thérapeutique pour la sclérose en plaques (SEP). L’étude, qui s’est concentrée sur la « matière blanche d’apparence normale », a identifié les premiers changements dans la myéline, le matériau isolant autour des fibres nerveuses.

Chez les patients atteints de SEP, il a été constaté que la myéline s’enroule moins étroitement autour des fibres nerveuses, ce qui altère la transmission du signal et entraîne des symptômes tels qu’une altération des mouvements et de la vision.

Les recherches futures se concentreront sur les moyens de promouvoir l’enveloppement de la myéline, de prévenir potentiellement de nouvelles lésions et de proposer une nouvelle approche pour le traitement de la SEP.

faits marquants:

  1. La recherche a découvert que la myéline, qui isole les fibres nerveuses, s’enroule moins étroitement autour de ces fibres chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, avant même que les lésions ne se développent.
  2. La myéline lâchement enveloppée altère la transmission des signaux dans le système nerveux central, ce qui entraîne des symptômes de la SEP tels qu’une altération des mouvements et de la vision.
  3. Des études futures visent à améliorer l’enveloppement de la myéline autour des fibres nerveuses, ce qui pourrait empêcher la formation de nouvelles lésions chez les patients atteints de SEP.

source: Savoir

Les patients atteints de sclérose en plaques présentent des anomalies structurelles de leur substance blanche avant même que la SEP ne se développe.

C’est le résultat d’une nouvelle étude menée par l’Institut néerlandais des neurosciences (NIN) à Amsterdam et l’Institut Max Planck pour les sciences interdisciplinaires à Göttingen (MPI). Cette découverte pourrait-elle être la cible d’un nouveau traitement pour prévenir la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique du système nerveux central. Au début, en plus de la SEP avancée, des lésions apparaissent accompagnées d’une activité inflammatoire importante.

Les lésions sont les sites inflammatoires où la myéline est décomposée et réabsorbée par les cellules gliales (les cellules immunitaires de notre cerveau). Mais voyons-nous quelque chose dans les tissus avant même que ces points d’inflammation n’apparaissent ?

Pour répondre à cette question, Aletta van den Bosch de l’équipe de recherche d’Inge Huitinga (NIN) et Wiebke Moebius (MPI) a examiné des cerveaux humains post-mortem de patients atteints de SEP et des témoins donnés à une banque de cerveaux néerlandaise. Ils se sont particulièrement concentrés sur la soi-disant « substance blanche d’apparence normale ».

READ  Les scientifiques décrivent une petite exoplanète de métal en fusion avec des détails sans précédent

Comme son nom l’indique, ce sont des zones où les lésions ne se sont pas encore formées et semblent donc toujours normales. Comment les personnes atteintes de SEP peuvent-elles avoir des lésions ici plus tard et les personnes sans SEP non ?

L’équipe a examiné en détail la myéline pour voir s’il y avait des changements précoces chez les personnes atteintes de SP. La myéline est une substance blanche, grasse et isolante qui s’enroule jusqu’à 150 fois autour des fibres nerveuses.

A distances régulières les unes des autres, il y a des cassures de myéline, ce sont les noeuds de Ranvier.

Lors de la transmission des signaux électriques, le signal se déplace d’un ganglion, ou ranveer, à l’autre, permettant aux fibres myélinisées de transmettre un signal 100 fois plus rapidement que sans myéline.

Chez les personnes atteintes de SEP, la myéline est endommagée et la transmission des signaux dans le système nerveux central est perturbée, ce qui peut altérer des fonctions telles que la marche et la vision. Quels types de changements dans les tissus cérébraux pouvons-nous observer aux premiers stades de la SEP ?

Microscope super puissant

Aletta van den Bosch : Afin d’étudier correctement la myéline, nous avons examiné le nerf optique. Dans cette zone, toutes les fibres nerveuses et leur myéline suivent très bien la même direction, on peut donc très bien visualiser la myéline. Nous l’avons fait à l’aide d’un microscope électronique. Grâce à cette technique, nous avons grossi de 5 000 à 30 000 fois une coupe transversale d’une fibre nerveuse.

« Dans la SEP, la myéline s’est avérée moins enroulée autour des fibres nerveuses. Cela signifie que les fibres ne sont pas correctement isolées, ce qui a de graves conséquences : le signal ne peut plus être transmis aussi rapidement qu’avant.

« Nous avons vu que dans les endroits où la myéline était moins associée aux fibres, il y avait une perturbation des ganglions de Ranvier associée à des niveaux accrus de cellules T et de microglie activée. De plus, il y avait plus de mitochondries.

READ  L'étude fournit de nouvelles preuves plus claires du mouvement précoce des plaques tectoniques, renversant les pôles géomagnétiques.

« Les mitochondries sont les centrales électriques de la cellule, ce phénomène peut donc indiquer que plus d’énergie est nécessaire pour la signalisation et le maintien des fibres. »

sous-produits nocifs

Bien que les mitochondries soient généralement bonnes pour la production d’énergie, elles produisent également de nombreux sous-produits, tels que les radicaux d’oxygène. Nous soupçonnons qu’il s’agit d’un facteur d’amplification de la dégradation de la myéline : la myéline est déjà en mauvais état et davantage de mitochondries évoluent pour fournir plus d’énergie, ce qui aggrave les conditions.

« La théorie est qu’une valeur seuil est nécessaire pour déclencher la dégradation. Il est également possible que le corps reconnaisse la myéline détachée comme « anormale », ce qui pourrait être le début de la dégradation par les cellules immunitaires ».

« Nous n’avons jamais été en mesure d’examiner les tissus humains avec autant de détails auparavant, ce qui signifie que la plupart des recherches à ce jour ont été effectuées sur des animaux de laboratoire. Bien que ces recherches soient très précieuses, il peut parfois être difficile de traduire les résultats directement aux humains. . » .

« C’est le premier aperçu de ce qui se passe au niveau ultrastructural chez les personnes atteintes de SEP et de ce qui conduit exactement aux lésions. Vous avez besoin de très bons tissus pour faire cela et c’est pourquoi la banque de cerveaux est si importante pour notre recherche. »

perspectives d’avenir

« La prochaine étape consiste à voir si nous pouvons empêcher la myéline de s’enrouler autour des terminaisons nerveuses.

« D’abord, nous voulons essayer des plats fermiers pour voir si nous pouvons renforcer la gaine de myéline. Ensuite, nous ferons des tests sur des animaux de laboratoire, et finalement nous pourrons faire un pas vers l’homme.

« Ce serait formidable si nous pouvions trouver quelque chose qui empêche le détachement de la myéline. Bien que cela n’empêcherait pas d’endommager les lésions déjà existantes, cela pourrait empêcher le développement de nouvelles lésions. Cela fournirait une toute nouvelle cible pour le traitement de la SEP. »

À propos de cette recherche d’actualités sur la sclérose en plaques

auteur: Eileen Veenstra
source: Savoir
communication: Eileen Veenstra – KNAW
image: Image créditée à Neuroscience News

READ  Des fossiles "fantômes" révèlent des micro-organismes qui ont survécu à d'anciens événements de réchauffement des océans

Recherche originale : libre accès.
« Les altérations de l’unité superstructurale axone-myéline dans la sclérose en plaques sont associées à l’inflammationÉcrit par Alita van den Bosch et al. Annales des neurosciences


un résumé

Les altérations de l’unité superstructurale axone-myéline dans la sclérose en plaques sont associées à l’inflammation

objectif

Les modifications de la substance blanche normale (NAWM) dans la sclérose en plaques (SEP) peuvent contribuer à la progression de la maladie. Ici, nous caractérisons systématiquement les subtilités et l’architecture cellulaire de l’unité axone-myéline dans MS NAWM et déterminons comment cela se rapporte à l’inflammation de bas grade.

Méthodes

Le tissu cérébral humain obtenu avec un court délai après la mort et la fixation à l’autopsie permet la quantification systématique des propriétés ultrastructurales. Dans cette étude, nous avons effectué une immunohistochimie à haute résolution et une analyse quantitative par microscopie électronique à transmission pour étudier l’inflammation et les caractéristiques précises de l’unité axonale et de la myélinisation dans MS NAWM (n = 8) et le nerf optique de contrôle de la substance blanche (WM).

résultats

Dans MS NAWM, il y avait plus de microglie active et phagocytaire (HLA+P2RY12 Wipa 1+CD68+) et plus de lymphocytes T (CD3+) par rapport à la MW témoin, qui est principalement localisée dans l’espace périvasculaire. Dans MS NAWM par rapport au contrôle WM, il y avait, comme prévu, un algorithme et des juxtaparanodes plus longs et un plus grand chevauchement entre les paranodes et les juxtaparanodes. Il y avait moins de gaine de myéline compactée, un rapport g inférieur et une fréquence plus élevée de mitochondries axonales. Les changements dans la fréquence de la myéline et des axones axonaux étaient positivement associés au nombre de microglies, de lymphocytes actifs et de phagocytose dans le nerf optique.

Explication

Ces données indiquent que dans MS NAWM, le détachement de la myéline et l’encapsulation de la myéline non compressée se produisent, les canaux potassiques sont exposés dans les ganglions de Ranvier, la demande d’énergie axonale est augmentée ou le transport mitochondrial stagne, accompagné d’une présence accrue de microglie, de lymphocytes T activés et de phagophages. Ces altérations subcliniques de l’unité axone-myéline dans MS NAWM peuvent contribuer à la progression de la maladie. Anne Neurol 2023 ; 93 : 856-870

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here