Moscou prend le contrôle de la filiale russe de Danone et de la participation de Carlsberg dans la brasserie

MOSCOU, 16 juillet (Reuters) – Selon un décret signé par le Le président Vladimir Poutine dimanche.

Le décret stipulait que les participations étrangères dans Danone Russie et Baltika Breweries seraient placées sous la « direction temporaire » de l’agence gouvernementale Rosimushchestvo.

Elle survient après que les filiales russes de l’allemand Uniper (UN01.DE) et de la finlandaise Fortum (FORTUM.HE) ont été placées sous le contrôle de l’État en avril.

Le Kremlin a averti à l’époque qu’il pourrait saisir davantage d’actifs occidentaux sur ce qu’il a qualifié de base temporaire en représailles aux mouvements étrangers contre des entreprises russes à l’étranger après que Moscou a envoyé des milliers de ses troupes en Ukraine l’année dernière.

Carlsberg a déclaré dimanche dans un communiqué qu’il « n’a reçu aucune information officielle des autorités russes concernant le décret présidentiel ou les conséquences pour les brasseries Baltika ».

Il a ajouté que les perspectives d’un désinvestissement complet de ses opérations russes étaient désormais très incertaines. Carlsberg a déclaré en juin qu’il avait signé un accord pour vendre ses activités en Russie, sous réserve des approbations réglementaires.

Danone a déclaré dans un communiqué qu’il enquêtait sur la question, ajoutant que la décision du Kremlin n’aura aucun impact sur ses prévisions financières pour 2023.

La société française a déclaré en octobre dernier qu’elle cherchait un acheteur pour son activité laitière en Russie, dans le cadre d’un accord qui pourrait entraîner une dépréciation pouvant aller jusqu’à 1 milliard d’euros (1,12 milliard de dollars).

READ  Les énergéticiens français demandent à limiter "immédiatement" la consommation d'énergie

(1 $ = 1,1227 euros)

Reportage de Caleb Davis et Darya Korsunskaya; Reportage supplémentaire de Louise Breusch Rasmussen à Copenhague et Lavanya Sushil Ahire à Bangalore; Montage par Andrew Osborn et Emelia Sithole-Matarise

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here