Santé. Cancer de lovaire : risques accrus pour certains métiers – Cable Chronicles

Le cancer de l’ovaire est l’un des cancers les plus mortels chez les femmes, avec un taux de survie relativement faible. Les facteurs de risque connus de ce cancer comprennent l’âge, une prédisposition génétique, une exposition prolongée aux œstrogènes et à un traitement hormonal de la ménopause, le tabagisme et l’exposition à l’amiante.

Cependant, une récente étude menée par des chercheurs de Montréal révèle un nouveau facteur de risque potentiel pour le cancer de l’ovaire : l’environnement de travail. Plus précisément, les métiers de la coiffure et de l’esthétisme semblent être liés à un risque accru de développer cette maladie.

Les chercheurs ont examiné les parcours professionnels, les modes de vie et les antécédents de 491 femmes diagnostiquées avec un cancer de l’ovaire entre 2010 et 2016 dans sept hôpitaux de Montréal. Ces données ont ensuite été comparées à celles de 897 femmes en bonne santé, qui n’avaient pas développé de cancer de l’ovaire.

L’étude a identifié 18 agents couramment présents dans l’environnement de travail des femmes atteintes de cancer de l’ovaire, qui semblent être particulièrement à risque. Ces agents comprennent la poudre de talc, l’ammoniac, le peroxyde d’hydrogène, les fibres synthétiques, les fibres de polyester, les colorants et pigments organiques, la cellulose et les produits chimiques naturellement présents dans l’essence et les agents de blanchiment.

Ces résultats soulèvent des inquiétudes quant aux risques potentiels pour la santé des femmes travaillant dans les métiers de la coiffure et de l’esthétisme. Il est important de prendre des mesures pour réduire l’exposition à ces agents dangereux et pour sensibiliser les femmes à ce risque potentiel.

READ  Excès des fêtes : ces 3 boissons sont idéales pour préserver votre foie selon un gastro-entérologue ! - Cable Chronicles

Cette étude met en évidence l’importance de la prévention et de la sensibilisation dans la lutte contre le cancer de l’ovaire. Les femmes devraient consulter leur médecin régulièrement, connaître leurs antécédents familiaux et prendre des précautions supplémentaires si elles travaillent dans des environnements potentiellement dangereux.

La recherche sur les liens entre le cancer de l’ovaire et l’environnement de travail est encore en cours, et il est essentiel de poursuivre les études pour mieux comprendre ces risques potentiels.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here