Tête de course #25 – Racer X

Lorsque j’ai essayé pour la première fois de comprendre le concept de «éliminatoires» dans AMA Supercross et AMA Motocross, j’ai réalisé un avantage secondaire qui ne s’appliquait pas seulement aux éliminatoires elles-mêmes. Vous pouvez ou non aimer l’idée d’une éliminatoire à la fin de la saison, appelez-la le championnat du monde SMX ou SuperMotocross, mais il y a un bel effet secondaire: dans une saison traditionnelle, tout pilote qui se bat pour un championnat considère essentiellement sa saison terminée s’il manque un match en raison d’une blessure. Vous ne récupérerez tout simplement pas ces points. Cela signifie qu’une blessure à tout moment à un concurrent enlève beaucoup de vapeur à la saison. Pourquoi reculer ? Et même si vous revenez en courant, quelle est la motivation pour vraiment vous investir dans la course ?

Les séries éliminatoires du SMX peuvent renverser la vapeur, car un coureur ayant une année terrible peut encore renverser la vapeur et gagner beaucoup d’argent en trois courses en septembre. Il y a encore quelque chose à courir. En fin de compte, 2023 est devenu un terrain d’essai malheureux avec tant de pilotes parmi les 450 meilleurs qui se sont blessés (beaucoup d’entre eux en deux semaines, bizarrement). Ce week-end, cependant, nous aurons Jason Anderson et Chase Sexton de retour, plus Cooper Webb s’est précipité pour Pro Motocross auquel nous ne nous attendions pas, et Justin Barcia et Christian Craig ont publié de tristes mises à jour, déçus d’être toujours absents. Pendant de nombreuses années, les meilleurs pilotes l’appellent rapidement une saison. Revenir à l’extérieur depuis le canapé n’est pas seulement douloureux et pas amusant, mais les coureurs non préparés obtiennent rarement de bons résultats, de toute façon. Un pilote d’usine peut gagner beaucoup d’argent sur les bonus du podium, mais si vous roulez à 80% et terminez huitième chaque week-end, eh bien, ça ne va pas très bien. Peut-être juste prendre l’été et passer du temps avec la famille ?

READ  La star belge Lukaku a perdu 7 KILOS en abandonnant l'ananas à la pizza depuis son départ de Man United

Ce n’est plus possible, car il y a trop d’argent en jeu dans ces playoffs. Par exemple, dès que j’ai entendu que Chase Sexton était sorti pour Hangtown, j’ai entendu des chuchotements du genre : « Eh bien, il a son titre de supercross, il quitte Honda à la fin de l’année, et il ne va pas gagner le titre extérieur maintenant, alors peut-être qu’il n’appellera qu’une seule saison. Mais voici le truc : Sexton, à tout le moins, fera des chiffres bas à six juste en faisant les séries éliminatoires du SMX. Vous ne pouvez pas laisser cet argent sur la table. Prendre six mois de congé allait s’avérer coûteux, littéralement. Pareil pour Barcia, Craig ou Anderson. Je ne sais même pas si ces gars-là connaissent tous les tenants et les aboutissants des points et de l’argent, ou du classement ou quelque chose comme ça. Mais ils ont sûrement il faut savoir que manquer les playoffs signifie manquer beaucoup d’argent (même le 8e au classement général en 450 points en SMX gagne 100 000 $, par exemple).

Est-ce la seule raison pour laquelle Sexton et Anderson sont de retour ? Non. Mais je pense que tout compte. Les coureurs qui n’avaient aucune incitation à revenir maintenant le font vraiment. Tout cela me ramène à la saison 2012 lorsque Ryan Villopoto a sauté à l’extérieur avec une opération du LCA, mais est revenu sur le vélo en août. Il n’est jamais revenu et a couru, cependant. Il n’était pas assez en forme à 100 %, alors pourquoi revenir et se faire fumer ? Qu’y avait-il à gagner ? À l’époque, il n’y avait aucune raison de revenir d’ici la fin de l’année, et une fois l’espoir de titre terminé, il en était de même pour toutes les autres raisons de revenir. Pas plus.

READ  Actualités sur les transferts d'Arsenal EN DIRECT: Declan Rice est le dernier, le nouveau contrat de Saliba, Xavi Simons parle des liens avec les Gunners

L’une de mes photos préférées de mon enfance en motocross était une photo de podium au Grand Prix d’Allemagne 250 cm3 de 1974. Ce sont trois coéquipiers Suzuki, tous belges, qui se sont partagé le podium : le vainqueur Gaston Rahier, le vice-champion Joel Robert et le troisième Sylvain Geboers. . C’était au plus fort du long règne de la Belgique au sommet du monde du motocross, qui s’étendait de l’époque de Robert au milieu des années 1960 aux années 1980 avec feu André Malherbe, Georges Jobe et Eric Geboers. En 74, Robert est en fin de carrière, tout comme Sylvain Geboers. Rahier se préparait à passer à la nouvelle catégorie 125cc et à remporter son premier des trois titres mondiaux FIM. Ils avaient également Roger DeCoster à son apogée dans la catégorie 500, et Harry Everts en passe de remporter les titres mondiaux 250cc de 1975 à bord d’un Puch de fabrication autrichienne. Les Belges ont également passé la majeure partie des années 70 à dominer le FIM Motocross et le Trophée des Nations.

Malgré tout ce succès, le motocross en Belgique était menacé, car les écologistes, les problèmes de bruit et l’aménagement du territoire ont commencé à faire des ravages. Il y a bien sûr eu le renouveau des années 90 mené par Stefan Everts et Joel Smets qui a duré jusqu’à la retraite de Stefan en 2006, mais les jours de gloire du motocross en Belgique semblaient se terminer après cela. La photo du podium du GP d’Allemagne 250cc de 1974 semblait englober l’époque, bien qu’elle n’inclue pas DeCoster, Harry Everts, les hommes des années 80, ni Stefan Everts ou Joel Smets.

READ  Coupe du monde d'escalade sportive 2023 Innsbruck: Anraku Sorato remporte l'or en bloc

Mais quelque chose d’inattendu s’est produit en Indonésie le week-end dernier. Trois pilotes belges – Luca Coenen, 16 ans, le pilote de troisième génération Liam Everts et Jago Geerts, 22 ans – ont terminé 1-2-3 dans la catégorie MX2 au MXGP d’Indonésie.

Pour Coenen, une recrue de l’équipe d’usine Husqvarna, il s’agissait de sa toute première victoire en Grand Prix, et c’est arrivé une manche plus tard alors qu’il semblait avoir la victoire allemande en vue, seulement pour avoir son moteur calé. Everts a fini par être le grand vainqueur à la place, le premier de sa carrière. Avec des victoires consécutives pour la première fois, l’avenir de la Belgique ne s’annonce pas si mal. Et souvenez-vous du nom de Luca Coenen, car lui et son frère jumeau Sasha (qui a participé au deuxième tour en Indonésie) songeraient tous les deux à déménager en Amérique en 2025.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here