webinaire décrit les efforts pour lutter contre la pollution plastique dans les régions de montagne | Nouvelles | Centre de connaissances sur les ODD

L’élimination des émissions de plastique dans les régions montagneuses était au centre d’un webinaire organisé par l’Autriche et la Géorgie, en collaboration avec la Norvège et le Rwanda, coprésidents de la High Ambition Coalition to End Plastic Pollution (HAC). Le webinaire a été l’occasion de discuter de l’importance de lutter contre la pollution plastique dans les régions montagneuses et de la manière dont les défis auxquels ces régions sont confrontées peuvent être pris en compte dans le cadre du processus intergouvernemental de négociation d’un traité sur les plastiques.

L’événement du 23 mai 2023 sur le thème ‘Plastics on the Peak : Éliminer les rejets de déchets plastiques dans l’air, l’eau et le sol dans les régions montagneuses‘, faisait partie d’une série de webinaires organisés par le HAC avant la deuxième session du Comité de négociation intergouvernemental chargé d’élaborer un instrument international juridiquement contraignant sur la pollution plastique (INC-2)qui s’est réuni plus tôt cette année à Paris, en France.

Les participants ont souligné qu’en raison de la croissance démographique et économique, de la surconsommation et du tourisme, la production de déchets, en particulier de déchets plastiques, augmente dans les régions montagneuses, mettant en danger les ressources en eau douce et la biodiversité et menaçant les régions en aval. Les défis dans ces régions comprennent l’éloignement, le manque d’économies d’échelle, les ressources financières et humaines limitées, les coûts de transport élevés et le manque d’infrastructures.

Dans son allocution d’ouverture, Irma Gurguliani, point focal de l’INC pour la Géorgie et chef adjoint du département de la gestion des déchets et des produits chimiques, ministère de la protection de l’environnement et de l’agriculture, a souligné l’interdiction par son pays des sacs en plastique jetables et les efforts visant à se concentrer sur la prévention et le recyclage des déchets, en mettant l’accent sur les emballages comme le problème le plus difficile. Il a déclaré que la Suède contribuait aux efforts visant à développer une économie circulaire et a souligné l’importance d’impliquer toutes les parties prenantes et de renforcer les capacités des municipalités.

READ  Les matchs européens sont en danger car les clubs de Premiership craignent que les joueurs ne soient "piégés" en France

Renate Paumann, point focal de l’INC pour l’Autriche, et responsable des politiques au ministère fédéral de l’Action pour le climat, de l’Environnement, de l’Énergie, de la Mobilité, de l’Innovation et de la Technologie, s’est plainte que le problème des déchets de plastique dans les montagnes ne reçoit pas la même attention que la pollution plastique du océans et dit que le futur traité sur les plastiques doit prendre en compte ce problème.

Mehrnoosh Azodi, Secrétariat des Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm (SAB), a évoqué le rôle crucial des montagnes en tant que réserve d’eau et abritant la moitié des points chauds de la biodiversité mondiale, ainsi que leur vulnérabilité au changement climatique et à la pollution. Il a expliqué qu’il faut environ 300 ans pour qu’une bouteille en plastique se décompose à haute altitude.

Concernant les moteurs de la pollution par les déchets plastiques en montagne, il a mentionné le tourisme, la croissance économique, l’augmentation de la consommation, un meilleur accès aux produits emballés, l’abandon des déchets plastiques et le transport atmosphérique des microplastiques. Concernant les défis de la gestion écologiquement rationnelle des déchets plastiques dans les montagnes, il a souligné l’éloignement, les ressources limitées, le climat rigoureux et la haute altitude, les infrastructures limitées, les coûts de transport élevés et les difficultés à amener les déchets et à les éliminer.

Azodi a également fait valoir : des cadres juridiques et institutionnels, un suivi et un financement insuffisants ; le manque de sensibilisation, d’incitations et d’infrastructures pour une gestion écologiquement rationnelle des déchets plastiques ; et le problème des feux à ciel ouvert et des décharges illégales. Soulignant les efforts déployés pour résoudre ces problèmes, Azodi a cité, entre autres : le Parc national du Kilimandjaro, en Tanzanie, avec son système séparé de collecte des déchets ; Himachal Pradesh, Inde, qui a interdit l’utilisation de certains articles à usage unique, tels que les sacs en plastique et les couverts ; Alpes italiennes du Piémont, avec des incitations fiscales pour les familles pour la collecte sélective des déchets ; et la région de Langtang au Népal, où une bouteille en plastique usagée peut être échangée contre une roupie népalaise.

READ  Le français Edenred mise sur les repas, bon carburant pour lutter contre l'inflation

Il a déclaré que la lutte contre les déchets plastiques dans les montagnes nécessite une action aux niveaux local, national, régional et mondial.

La table ronde a été animée par Melissa de Kock, chef de l’unité Biodiversité, populations et paysages et point focal montagne du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Notant que des microplastiques ont été trouvés à 8 400 pieds au-dessus du niveau de la mer, il a demandé aux conférenciers quels défis spécifiques ils rencontraient en ce qui concerne la gestion des plastiques dans les régions montagneuses et les a invités à partager les meilleures pratiques et solutions.

Kika Bradsford, directrice d’Acceso PanAm (Amériques), a déclaré que son organisation : fournit et sécurise l’accès aux aires protégées dans les régions montagneuses ; travaille avec les communautés locales, les randonneurs, les grimpeurs et les alpinistes ; et vise à donner aux gens les moyens d’agir et de changer leur comportement. Il a souligné la nécessité de décentraliser les actions et de responsabiliser les communautés locales.

Raghav Mahto, co-fondateur de Doko Recyclers, Népal, a souligné la dépendance à l’égard du secteur informel, notant que le plus grand défi est le manque d’intérêt et de capacité à réduire les quotas de déchets plastiques. Il a identifié le manque de recyclage comme un défi important, avec des incendies et des décharges répandus ; suggéré de creuser des fosses pour stocker les déchets afin qu’ils puissent ensuite être récupérés et envoyés ailleurs pour être traités ; et a déclaré que retirer les déchets plastiques des montagnes doit devenir une entreprise économiquement viable.

Gaël Le Roux, directeur de recherche au CNRS, Université de Toulouse, France, a attiré l’attention sur le conflit entre le développement économique et le tourisme et l’utilisation et l’abus des plastiques. Il a déclaré que les montagnes souffraient des retombées des micro- et nanoplastiques des vallées des basses terres et même de l’océan.

READ  La compagnie pétrolière française explore l'opportunité d'installer des usines de bioénergie dans la région ; ASCDCL, Total Energies, d'autres ont tenu une réunion en ligne aujourd'hui

Parmi les autres problèmes soulevés, mentionnons :

  • le rôle des politiques et plans d’action nationaux dans l’élimination des déchets plastiques dans les régions de montagne ;
  • la nécessité d’un mécanisme d’établissement de rapports, de surveillance et de conformité;
  • promouvoir la cohérence et la complémentarité entre le traité sur les matières plastiques et les conventions BRS, en évitant la duplication des actions, et promouvoir la coopération et la coordination ;
  • assurer un soutien et des avantages aux travailleurs informels ; ET
  • entreprises de loisirs de plein air qui utilisent des matériaux plus durables dans leurs produits.

[Webinar Website] [High Ambition Coalition to End Plastic Pollution] [SDG Knowledge Hub Story on Webinar on Enhanceing a Circular Plastics Economy] [SDG Knowledge Hub Story on Webinar on Hazardous Chemicals and Microplastics] [SDG Knowledge Hub Story on Eliminating and Restricting Single Use Plastics]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here